PROVERBES OCCITANS

LA BISE ET L'AUTAN

BERNARD VAVASSORI

                                                         Ecrire Ă  l'auteur : bernard.vavassori@neuf.fr


abandonné

        AbandonnĂ© comme un chien (Abandonat coma un chin).

abat

        Un abat d'eau : Une averse soudaine et violente (Gasc. : Un abat d'aiga)

abbé

        Comme l'abbĂ© chante, le moine rĂ©pond : Lorsqu'une personne a un complice, celui-ci accourt Ă  son secours (Gasc. : Coma l'abĂ© canta, lo monge arrespond).

abeille

        L'herbe aux abeilles : La mĂ©lisse ou citronnelle (L'èrba d'abelha).

        Sur une piqĂ»re d'abeille, il faut frotter trois herbes diffĂ©rentes (MM.: Quand sias pougnegu pèr uno abiho iĂ© hau freta de tres erbo) (Nous sommes convaincu pour notre part que le vinaigre est le remède le plus efficace !

        Vivre en harmonie comme les abeilles : Bien s'entendre avec ses semblables (Viure d'acòrdi coma las abelhas).

        En tout temps l'abeille va vers les fleurs : Peut se dire d'une personne attirĂ©e par les belles choses ou beautĂ© en gĂ©nĂ©ral. (A la flor va tot temps abelha).

·        Une abeille vaut mieux que mille mouches : Pour sĂ»r ! Et mille abeilles valent mieux qu'une seule mouche ! (Val mai una abelha que mila moscas).

abondance

        Au repu l'abondance, au pauvre la misère : On ne prĂŞte qu'aux riches. La fortune va vers les fortunĂ©s, etc. (Gasc. : Au hart la hartera, au praube la misera).

aboyer

·        Le premier qui aboie est souvent celui qui a tort : Le premier qui proteste a souvent tort. Voir aussi "C'est la première poule qui chante qui a fait l'Ĺ“uf" (Lo primièr a jaupar es sovent aquel qu'a tort). 

        Qui n'aboie pas fait aboyer ! PlutĂ´t que de protester soi-mĂŞme on prĂ©fère parfois qu'un autre le fasse Ă  sa place, Ă©vitant ainsi tout risque (Gasc. : Qui laira pas que hè lairar).

abri

        Je suis trempĂ© comme une soupe, j'ai que les dents Ă  l'abri ! : Se dit quand on a oubliĂ© son parapluie : je suis trempĂ© - par la pluie - (Soi trempe coma una sopa, ai que las dents a l'abric).

acheter

        Que celui qui ne te connaĂ®t pas t'achète ! : A l'adresse d'un vaurien (sous entendu : Ce ne sera pas moi, car je te connais trop !) Qui te conĂ©is pas te crompe !

        En achetant et en ne payant pas, on ne fait pas une mauvaise affaire : Cette phrase s'emploie lorsqu'on obtient gratuitement quelque chose que l'on pensait devoir acheter (Gasc. : A crompar e pas pagar, hèn pas nat massant afar).

adroit

        ĂŠtre adroit comme un porc qui grimpe Ă  une Ă©chelle : ĂŠtre particulièrement maladroit (Estre adret coma un porc que monta per una escala).

        Var.: Il est adroit de ses mains comme un cochon de sa queue (Gasc. : Es adret de sas mas coma un tesson de sa cua).

        Qui n'est pas adroit s'Ă©corche le cul (Qui n'a pas de biais s'escortega lo cuol).

Agen

        ĂŠtre d'Agen-mĂŞme : Expression prĂ©tentieuse de celui qui veut signifier qu'il est de la Grande Ville et non des faubourgs ou des villages de la proche banlieue (Estre d'Agen-mèma)

        Bordeaux pour la danse, Toulouse pour le chant, Agen pour les armes : Telles Ă©taient les spĂ©cialitĂ©s de ces trois villes (Bordèus per la dansa, Tolosa per lo cant, Agen per las armas).

·        Venez en Agenais, bonne vie vous y ferez. Le matin, poires et vin. Au goĂ»ter, poire et ail. Pour souper, poires et pain (Venguetz en AgenĂ©s, bona vita qu'i faretz. Lo maitin, peras e vin. Au brespalh, peras e ail. Per sopar, peras e pan).

aide

        Petite aide fait grand bien ! : Ne nĂ©gligeons pas les aides, mĂŞme modestes (Petita ajuda fa grand ben).

aĂŻeul

        De mĂ©moire d'aĂŻeul : De mĂ©moire d'homme. Ex.: De mĂ©moire d'aĂŻeul on n'avait jamais vu d'inondations pareilles (De memoria d'aujòl ).

aigle

        L'aigle ne chasse pas les mouches : Il ne faut pas s'attendre Ă  des bontĂ©s de la part d'une personne mĂ©chante ou autoritaire. (L'agla non caça las moscas)

aiguille

·        Il a du fil et des aiguilles : Il ne manque de rien. (Aquel a de fial e de gulhas).

        Cette femme, c'est une cague-aiguilles ! : C'est une personne qui fait des manières, un cul-pincĂ© (Aquela fenna, es una caga-gulhas !)

aiguillon

·        Trop pointu est l'aiguillon qui pique jusqu'au sang : Tout châtiment doit ĂŞtre juste. (Trop ponchuda es l'agulhada que pĂşnhe jusca al sang).

ail

        Une soupe Ă  l'ail, plus elle bout moins elle vaut (Un toril d'al, en mai bulis en pus mens val).

        VoilĂ  l'ail ! VoilĂ  le hic, la difficultĂ© ! (Aqui l'alh, çò dis cebo !).

        Var.: VoilĂ  l'ail s'exclame l'oignon ! MĂŞme sens.

        Gigot et grain d'aĂŻl : Se dit d'un couple dont la femme est grosse et le mari maigre (Gigòt e grum d'alh)

·        Fier comme un grain d'ail : ExagĂ©rĂ©ment fier. Aujourd'hui on dirait "Il est puant !" (Es fièr coma un gru d'alh).

        Raide comme un ail : Droit comme un i (Redde coma un alh).

        On lui parle d'ail et il rĂ©pond oignon : Il dĂ©tourne la conversation ; il Ă©lude la question (Li parla d'alh e respond de cebas).

aimable

        Aimable comme un fagot de buissons Ă©pineux : Aimable comme une porte de prison (AmistĂłs coma un fagot de boissons espinuts).

air

        Un air de deux airs : Un air narquois (Un aire de dos aires).

        Il a plus d'air que la grande montagne ! : C'est un prĂ©tentieux. (A plus d'aire que la granda montanha !)

aise

·        ĂŠtre Ă  l'aise comme deux couteaux dans un Ă©tui : ĂŠtre mal Ă  l'aise ; ĂŞtre serrĂ©s comme des sardines. (Estre a son aise coma dos cotels dins una gaina).

Albi

        Quand l'autan souffle, les fous d'Albi dansent (On dit que l'autan rend fou. Cela ne concerne pas exclusivement les Albigeois, bien entendu !) Pourquoi les fous d'Albi ? Mystère.  (Quand l'autan bufa, los fats d'Albi dansan)

alĂŞne

·        Se manger saint Crespin  et les alĂŞnes : Travailler Ă  perte (saint Crespin, patron des cordonniers).   (Se manjar Sant Crespin e las alzenas).

aller

·        Ça lui va bien comme une robe Ă  un âne : Ça lui va très mal. (Anar ben coma una roba al ase).

·        Var.: Ça lui va comme un vilebrequin Ă  un coq : Cette expression fait partie de cette sĂ©rie de locutions sonores dont le Midi s'est fait la spĂ©cialitĂ©, quelque peu dĂ©pourvues de sens mais tellement sympathiques, comme : Il y va comme un âne qui va Ă  vĂŞpres,  Il a le cĹ“ur dur comme le gĂ©sier d'un âne ! ou bien : Il faut l'envoyer au Canada pĂŞcher les guenons vertes, Quand il a faim, il mangerait un chiffonnier farci de savates, etc.  (Anar coma un vira-broquin a un gal).

allumette

·        Vif comme une allumette : ÉveillĂ©, rapide, vif. (Gasc. : Viu coma un luquet).

        Se servir deux fois de la mĂŞme allumette : ĂŠtre particulièrement avare. On imagine en effet la mĂ©nagère recueillant prĂ©cieusement l'allumette dĂ©jĂ  utilisĂ©e pour allumer un deuxième feux du "gaz", ou de la plaque de cuisson, comme l'on dirait de nos jours.  (Far dos còps d'un luquet).

almanach

        Menteur comme un almanach : Il est bien connu que les almanachs prĂ©disent le temps un an Ă  l'avance (ce qui est interdit Ă  MĂ©tĂ©o-France !) et donnent mille conseils plus ou moins sĂ©rieux. (Messorguièr coma un armanac).

alouette

        La calandrette : L'alouette ("Nom donnĂ© aux Ă©coles primaires qui enseignent l'occitan, Les Calandrettes sont des Ă©coles laĂŻques gĂ©rĂ©es par des bĂ©nĂ©voles, qui utilisent la mĂ©thode de l’immersion dans la langue occitane dès l’école maternelle, afin que l’enfant puisse s’exprimer aussi bien en français qu’en occitan et surtout qu’il puisse acquĂ©rir les structures respectives de ces deux langues dans le respect de leur spĂ©cificitĂ©. L’histoire retiendra que la première Calandrette (une calandreta est une petite alouette qui ne sait pas encore voler) fut crĂ©Ă©e a Pau (Bearn) en 1979, et fut immĂ©diatement suivie par BĂ©ziers. Les maĂ®tres sont diplĂ´mĂ©s et les programmes sont conformes aux directives de l’Education Nationale Française. Aujourd’hui ils sont près de 2000 calendrous Ă  ĂŞtre scolarisĂ©s dans toute l’Occitanie. Un collège, “Leon Cordas”, s’est ouvert en Languedoc, un autre est en projet en Bearn. Les Calandrettes proposent un enseignement orientĂ© sur l’ouverture au monde Ă  travers le bilinguisme et s’appuient sur une mĂ©thode pĂ©dagogique qui encourage l’autonomie individuelle, l’occitan y est langue enseignĂ©e et langue d’enseignement. Ces Ă©coles ont fortement changĂ© l’image de la langue qui n’était il y a 20 ans qu’une affaire de vieux et de paysans: l’occitan devient jeune et urbain, porteur d’avenir dans une Europe qui se construit. Les Calandrettes ne sont pas isolĂ©es et participent du mĂŞme mouvement que les Ă©coles Diwan (Bretagne), Ikastolas (Pays basque), Bressolas (Catalogne) ...S’il y a un avenir pour la langue d’Oc il passera forcĂ©ment par une reconquĂŞte de la langue Ă  l’école, les Calandrettes en montrent le chemin". www.viaoccitanacatalana) (Calandreta)

        Si le ciel tombe, toutes les alouettes y seront dessous : A l'adresse des nombreux rabat-joie prĂ©disant les pires difficultĂ©s Ă  ceux qui prĂ©sentent un projet. (Gasc. : S'et ceu cay, totas eras lausetas qu'i serĂ n debat).

amande

·        Montrer les dents comme une amande mĂ»re : La coquille du fruit s'entrouvre lorsque celui-ci est mĂ»r et laisse apparaĂ®tre la blancheur de l'amande qui se trouve Ă  l'intĂ©rieur. (Reganhar los dents coma una amètla madura).

amandier

        En fĂ©vrier fleurit l'amandier, si ce n'est pas le premier ce sera le dernier. … Si ce n'est pas le premier fĂ©vrier, ce sera le 28. (Pel mes de fevrièr floris l'ametlièr, s'es pas lo prumièr serĂ  lo darnièr).

ami

·        Les bonnes fontaines se reconnaissent quand il fait sec, les bons amis quand tout va mal (Las bonas fonts se conneisson quand fa secada, los bons amics quand tot va mal).

·        Mieux vaut un ami que cent parents : "Famille je vous hais ?"  (Gasc. : Vau mès un amic que cent parĂ©nts).

        Ami de chacun, ami de personne : On ne peut ĂŞtre ami de tout le monde avec sincĂ©ritĂ©. (Gasc. : Amic de cadun, amic de digun).

amour

        De soupes et d'amours, les premières sont les meilleures (Gasc. : De sopas e d'amors, las primèras son las mihĂłs).

        Sans argent, on ne fait pas l'amour (Sens argent, non se fa l'amor).

        Qui se marie par amour a bonne nuit et mauvais jour : La journĂ©e est longue sans l'ĂŞtre aimĂ©, alors que la nuit avec lui est pleine de dĂ©lices (Qui se marida per amor a bona nueit e marrit jorn).

        Vieillard en amour, hiver en fleurs : Les vieux qui s'aiment finissent leurs jours dans le bonheur. (Vielh en amor, ivern en flor).

        Le prix de l'amour, c'est l'amour (Lo pres del amor es l'amor).

        Absence d'une heure ou d'un jour compte pour dix ans en amour (Absència d'una ora o d'un jorn conta per des ans en amor).

        Bien malade qui n'est pas amoureux (Pla malau qui es pas amorĂłs).

        L'amour vous apprend Ă  chanter (L'amor vos ensenha a cantar).

        Point de belles prisons ni de laides amours : Ça n'existe pas ! (Ges de belas presons ni de laids amors).

        Douteux comme l'amour d'une coureuse (DotĂłs coma l'amor d'una gorraira).

ampoules

        Celui-lĂ  n'attrapera pas d'ampoules aux mains mais plutĂ´t aux fesses ! : … Ă  force de rester assis Ă  ne rien faire (Aquel risca pas de se folholar las mans, mas pus lèu las paterlas !).

amuser

        S'amuser comme quatre dans cinq chambres : … en imaginant bien sĂ»r que ces quatre gais lurons ont Ă  leur disposition les cinq chambres, chacune occupĂ©e comme il se doit. A l'imagination de chacun. (S'amusar coma quatre dins cinc cambras).

an, année

        Bonne annĂ©e, accompagnĂ©e de beaucoup d'autres ! : Souhaits pour l'an nouveau (Bona annada acompanhada de força maitas !).

·        Je vous souhaite une bonne annĂ©e, bien heureuse et bien riche en blĂ© !  : Bonheur eet prospĂ©ritĂ©. (Vos soeti una bona annada, pla urosa e pla granada).

        Trinquons Ă  l'an qui vient ! Si on n'est pas plus, qu'on ne soit pas moins ! : Si nous ne sommes pas ici-mĂŞme plus nombreux qu'aujourd'hui, en tout cas que personne ne meure d'ici l'an prochain. (Trinquem a l'an que ven ! Se sèm pas mai, que siaguem pas mens !).

        Au premier de l'an les jours croissent d'un empan : Le 1er janvier les jours croissent de quelques minutes (Al prumièr de l'an los jorns creissan d'un pam).

        AnnĂ©e de paille, annĂ©e de cailles ; annĂ©e de glands, maladie aux champs ; annĂ©e de foin, annĂ©e de rien ; annĂ©e nuageuse, annĂ©e abondante ; annĂ©e sèche, annĂ©e de vin : L'annĂ©e oĂą les cĂ©rĂ©ales ont donnĂ© beaucoup de paille est une annĂ©e abondante en cailles, celle oĂą le glands sont nombreux est une annĂ©e humide, donc favorable au dĂ©veloppement des maladies des plantes. L'annĂ©e de foin est une annĂ©e oĂą il a trop plu au printemps et abĂ®mĂ© les fleurs des fruitiers : la rĂ©colte sera donc rĂ©duite. L'annĂ©e nuageuse est une annĂ©e oĂą la chaleur n'est pas excessive ce qui permettra une rĂ©colte abondante. Quand Ă  l'annĂ©e sèche, elle est bĂ©nĂ©fique pour la vigne car celle-ci ne sera pas victime de maladies et le vin abondera. (Annada de palha, annada de calha ; annada d'aglands, malautiás als camps ; annada nevosa, annada abondosa ; annada de secada, annada de vinada). NB.: Un proverbe bĂ©arnais annonce : annĂ©e de belles glandĂ©es, annĂ©e d'abondance, (Gascon : L'an de glandera, l'an de la hartera), ce qui contredit le proverbe prĂ©cĂ©dent, sauf s'il s'agit de la hartère des cochons qui se mettront de belles ventrĂ©es de glands !

 Ă˘ne

L'âne est l'animal qui a probablement suscitĂ© le plus de phrases populaires, de proverbes et de dictons. On verra par-lĂ  l'importance que celui-ci tenait dans la vie quotidienne des gens simples. Voir aussi les rĂ©fĂ©rences Ă  l'âne aux articles suivants :  aller, blĂ©, bĹ“uf, boire, chapeau, chapelet, danser, emplâtre, fatiguĂ©, foire, fort, fourmi, gesticuler, gueuler, merde, misogynie, mistral, moquer, Lodève, Lunel, mĂ©chant, Montastruc, noix,  pater, patience, pavaner, pĂ©nis, pie, prière, queue, rat, remuer, ridĂ©, rire, sainte Barbe, Sigean, soleil, testament, tĂŞtu, vendanges, vent, vĂŞpres, voler.

·        Il a le cĹ“ur dur comme le gĂ©sier d'un âne : C'est un homme sans cĹ“ur. En outre ce proverbe est scientifiquement utile puisqu'il nous permet d'apprendre que les ânes sont des volatiles pourvus d'un gĂ©sier dur ! (A lo còr dur coma lo gresier d'un ase).

·        Il y va comme un âne qui va Ă  vĂŞpres ! : Il y va Ă  reculons, Ă  contrecĹ“ur. Voir vĂŞpres (I va coma un ase que va a vèspras).

·        Tant tire Martin qu'un autre âne : Chacun fait ce qu'il peut (Tant tira Martin coma un autre ase).

·        C'est comme si tu demandais Ă  un âne s'il veut du son : C'est Ă©vident  (Es coma demandar a un ase se vol bren)

·        Il fait un vent Ă  arracher la queue aux ânes : Il fait un vent Ă  dĂ©corner les bĹ“ufs (Fa un vent a arancar la coa als ases).

·        Il tirerait un pet d'un âne mort : C'est un grigou qui profite de toutes les situations pour obtenir de l'argent (Tirariá un pet d'un ase mort).

·        D'ĂŞtre trop bon, tu seras l'âne. Si tu es trop bon, on te prend pour un imbĂ©cile. Autrement dit : Trop bon, trop con !  (Gasc. : D'estar trop bon serĂ s l'ase).

        Faire le repas de l'âne : Manger sans boire (Far lo repais de l'ase).

·        Peser un âne mort : Peser autant qu'un äne mort : ĂŞtre très lourd. (Pesar un ase mòrt).

·        Bâter l'âne au cou : S'y prendre mal. (Bastar l'ase per cuol ).

·        Oublier son âne : Oublier de se servir, Ă  table notamment, l'âne ici Ă©tant soi-mĂŞme. (Desbrembar son ase).

        Aux ânes pleins, les chardons semblent vesces : Rien ne semble bon Ă  celui qui n'a pas faim  (voir pigeon). (Gasc. : As ases ples, los cardons semblan vessas).

        Il n'a pas mal attachĂ© son âne : Il est riche, il a rĂ©ussi, il s'est bien dĂ©brouillĂ©. (A pas mal estacat son ase).

·        Gueuler comme un âne noir : Gueuler très fort. (Gular coma un ase negre).

·        Celui-lĂ  n'a pas plus envie de rire qu'un âne qui s'Ă©trangle : Celui-lĂ  n'est pas portĂ© sur la plaisanterie, il n'a vraiment pas envie de rire !  (Aquel as pas mai l'enveja de rire qu'un ase que s'estrangulha).

 

 Ă˘ne (suite)

·        Une vieil âne ne vaut pas plus avec un licou neuf : Un objet ou une personne vieux, usĂ©, ne vaut pas mieux avec un peu de peinture ou un maquillage quelconque. (Ase  vielh val pas mai amb un cabestre nòu).

·        Brider l'âne : ĂŞtre condamnĂ© Ă  jeĂ»ner. (Bridar l'ase).

·        Il boirait au cul d'un âne ! : C'est un ivrogne, rien ne l'arrĂŞte lorsqu'il s'agit de boire (BeuriĂ  al cuol d'un ase).

·        On en mangerait au cul d'un âne ! : … Tellement que c'est bon ! (En minjeriĂ  al cuol d'un ase).

·        Je mangerais un âne de travers ! … tellement j'ai faim ! (MinjeriĂ  un ase de travèrs).

·        Il rit comme un âne quand on le frotte ! : Il rit comme un bossu. (Rit coma un ase quand lou fretan).

·        S'en ficher comme un âne d'un coup de chapeau : ĂŠtre totalement indiffĂ©rent Ă  quelque chose. (S'en trufar coma un ase d'un cop de capèl).

·        Pour un point Martin perdit son âne : Un rien peut tout changer (Per un punt Martin perdèt son ase).

        C'est un grain de maĂŻs – de blĂ© - dans la gorge d'un âne ! : C'est dĂ©risoire. (Aquò's 'un gran de mil – de blat –  dins la gargamela d'un ase !).

        Si tu n'as pas de bĹ“uf fait labourer l'âne : Il faut se dĂ©brouiller avec ce que l'on a. (S'as pas de biòu, fai laurar l'ase !).

·        Attacher l'âne par la queue : Faire les choses Ă  l'envers. (Bridar l'ase per la còa).

·        Cela ne vaut pas la peau d'un âne mort : La peau d'un âne ne vaut rien. (Aquò val pas la pèl d'un ase mort).

        Pour un âne mort on ne ferme pas le moulin : On n'arrĂŞte pas de travailler Ă  la moindre occasion voire pour un Ă©vĂ©nement grave. (Per un ase mort on barra pas lo molin).

        Un âne "Ă  moitiĂ©" est souvent mal bâtĂ© : Un objet "Ă  moitiĂ©" appartient Ă  deux propriĂ©taires. Le proverbe dit que ce genre d'objet est souvent mal entretenu. (Un ase de mitat es sovent mal bastat).

        Un temps pour l'âne, un temps pour celui qui le mène : Chacun son tour. (Un temps per l'ase, un temps per aquel que lo mena).

        ĂŠtre embarrassĂ© comme un âne avec deux paniers : Un bât n'a que deux corbeilles. Une troisième serait fort encombrante pour l'âne.  (Estre embarrassat coma un ase ambe tres banastas).

        Quand l'âne ne veut pas boire, vous avez beau siffler ... : TĂŞtu comme une bourrique, quoi ! (Quand l'ase vol pas beure, avetz bèu siblar).

        OĂą l'âne est tombĂ©, il ne retombera plus : MĂŞme les imbĂ©ciles apprennent par l'expĂ©rience. (Ont l'ase es tombat, non tomba plus).

·        Ça lui fait autant besoin qu'un chapelet Ă  un âne : En fait il n'en a pas vraiment besoin. (Aquò i fa beson coma un chapelet a un ase).

âne (suite)

 

        Si l'âne avait pu choisir il ne serait pas un âne (Se l'ase abiĂ  causit, seriĂ  pas un ase).

·        Un âne qui tombe et se relève n'est pas une rosse (Un ase que tomba e se torna levar es pas una rossa).

·        Donne de l'avoine Ă  un âne, il te paiera avec des pets ! : Faites le bien, vous serez payĂ©s d'ingratitude   (Acibada un ase, te pagarĂ  ambe de pets !).

·        Var. : Faites du bien Ă  l'âne, il vous paie de pets (Gasc. : Hasètz ben a l'ase, que vos paga de pĂ©ts).

·        Quand il faut baiser le cul de l'âne, autant que la queue soit levĂ©e ! : Si l'on doit accomplir une action difficile, ne nĂ©gligeons pas une opportunitĂ© favorable, si petite soit-elle. (Quand fau beisar lo cuou de l'ase, tant vau que la co siegue aussada).

·        Il ne faut pas laisser le meilleur âne Ă  Ă©triller : Le meilleur âne Ă©tant soi-mĂŞme, il faut prendre soin de soi-mĂŞme ! (Cal pas laissar lo milhor ase a estrelhar).

·        On ne connaĂ®t pas un âne uniquement en le voyant courir : Pour bien connaĂ®tre quelqu'un il vaut mieux ne pas se fier aux apparences (On coneis pas un ase res qu'en lo vesent corre).

        Arrache un poil Ă  un âne, il sera moins poilu ! MĂŞme si l'effort te semble dĂ©risoire, celui-ci a tout de mĂŞme son utilitĂ©. (Tira un pial a un ase, serĂ  pas tant borrut !)

·        L'âne le plus âne est l'âne bâtĂ© : C'est Ă  dire celui qui travaille et, donc, se fatigue. (L'ase lo pus ase es l'ase bastinat).

        A la foire il y a beaucoup d'ânes qui se ressemblent : Dans les rassemblements il y a souvent de nombreuses personnes qui deviennent bĂŞtes du simple fait qu'elles sont en groupe, en vertu du principe qu' "Au delĂ  de trois on est une bande de cons" !  (A la fièira i a belcop d'ases que se semblan).

·        Cet âne doit ĂŞtre bien malade : il porte un sacrĂ© emplâtre ! : Se dit pour se moquer de quelqu'un "Ă  cheval" sur le dos d'un âne. (Aquel ase es pla malaut : porta un famĂłs emplastre !).

        Ne fais pas l'âne, de toute façon tu n'auras pas de son ! (Var.:  Ne fais pas l'âne, sinon on te donnera du son Ă  manger !). (Fagues pas l'ase qu'aurĂ s pas de bren !).

        Il ne faut crever l'âne pour Ă©pargner l'anesse : Il ne faut pas exiger tous les efforts de la mĂŞme personne (Cal pas crebar l'ase per estalbiar la sauma).

·        Pour faire marcher les ânes, il faut mettre les filles devant : Pour faire courir les garçons, mettez un groupe de filles devant. (Per far marchar los ases cal far passar las filhas davant).

âne (suite)

        Un âne maigre, toutes les mouches le piquent : Il est plus facile pour les lâches de s'en prendre Ă  un faible qu'Ă  un fort. Le malheur s'abat souvent sur les plus dĂ©favorisĂ©s. (Un ase magre, totas las moscas lo pican).

        SitĂ´t un âne a fait hi-han qu'un autre fait hi-han : Un imbĂ©cile trouve toujours Ă  qui parler (et obtient son soutien). (Pas puslèu un ase a bramat qu'un autre brama).

·        Il fait noir comme dans le cul d'un âne (Pauvre âne qui n'a pourtant pas le cul plus noir que n'importe quelle autre crĂ©ature !). (Fa negre coma dins lo cuol d'un ase).

·        Celui-lĂ , il a l'air d'un âne qui vole ! : Il n'a pas l'air dans son assiette. (Aquel, a l'aire d'un ase que vola !).

        Cette fille se marierait avec un âne coiffĂ© : …Avec le premier venu qui serait bien en apparence (Aquela drolla se maridariĂ  amb un ase coifat).

        A l'âne, l'âne semble beau (A l'ase, l'ase sembla bel) : On ne peut juger qu'avec ses propres Ă©lĂ©ments de comparaison car, comme le dit un autre dicton :  Un âne en trouve toujours un autre qui le loue : MĂŞme bĂŞte on pourra encore trouver un admirateur en vertu du fait qu'il y a toujours plus bĂŞte que soi. (Un ase n'en troba totjorn un autre que lo lausa).

        Je m'achète un âne et un charreton ! Juron gentil, pour Ă©viter de dire pire… (Me compri un ase e un carreton !)

Anglais

·        Rouge comme un Anglais : Avoir la peau du visage très rouge (comme un Anglais qui serait venu passer l'Ă©tĂ© dans le Midi). NB.: La Gascogne en particulier attire depuis quelques annĂ©es de nombreux sujets de sa Gracieuse MajestĂ© qui  s'installent dĂ©finitivement dans des villages qui se voient ainsi repeuplĂ©s). (Gasc. : Roge coma un AnglĂ©s).

anguille

·        Un marchand de peaux d'anguilles : Un gagne-petit. (Un mercant de pèls d'anguilas).

·        Les bonnes rĂ©solutions sont comme les anguilles, faciles Ă  prendre, difficiles Ă  tenir (Chacun sait que les anguilles sont très difficiles Ă  saisir Ă  cause de leur peau extrèmement lisse). (Las bonas resolucions son coma las anguilhas, aisidas a prener, malaisidas a tener).

août

·        AoĂ»t sec, septembre mouillĂ©, nous aurons de belles châtaignes ! (Agost sec, septembre banhat, aurem braves castanhas !).

        AoĂ»t brumeux, souvent marque la pluie et il fait beau : A contrario, un ciel trop dĂ©gagĂ© (lorsque les PyrĂ©nĂ©es sont visibles, en Languedoc et Gasc. notamment) est signe de pluie prochaine (Gasc. : Agost crumĂłs, soen marca la ploja, e hè bèth temps).

        Orages d'aoĂ»t, beaucoup de moĂ»t (Gasc.: Perigle d'agost, beth còp de most). Var.: Orages d'aĂ´ut, grosses grappe et bon moĂ»t (Perigle d'agost, gròssas gaspas e bon most).

apĂ´tre

·        SĂ©rieux comme un apĂ´tre : SĂ©rieux comme un pape. (SeriĂłs coma un apòstol).

appétit

        Si l'appĂ©tit n'y est pas, attend encore un peu ! : L'appĂ©tit vient en mangeant… ou en attendant.  (Se l'apetit i es pas, espera encara un pauc !)

        Qui mange sans appĂ©tit est plus mort que guĂ©ri. Rappel : Chez nous on peut manger du magret aux pommes de terre et aux cèpes, du foie-gras, du cassoulet, de la truffade, du choux farci, de l'aligot, de la bouillabaisse, pour ne parler que de ce que mon dentier nous envie. Vous comprenez bien que si on mange ça sans appĂ©tit on est "plus mort que guĂ©ri". (Qui manja sens apetit es pus mort que garit).

apporter

·        Apportez et venez, la maison vous la connaissez ! Se dit des gens peu enclins Ă  recevoir les amis : Venez chez moi tant que vous voulez ! Mais apportez tout ce qu'il faut car, vous le savez, ici il n'y a jamais rien pour recevoir. (Portatz e venetz, que l'ostal sabètz).

araignée

        A l'entendre, il ferait tomber les araignĂ©es du ciel : C'est un fanfaron (A l'entendre fariĂ  tombar las aranhas del cèl).

        Celui-lĂ  il ne risque pas d'avoir de toiles d'araignĂ©e entre les jambes ! : Il est très actif, il s'agite sans cesse (Aquel i vendrĂ n pas de rantèlas entre las cambas !).

        AraignĂ©e : Personne maigre et fluette. Aussi : pubis  (Aranha).

        Vivre de pattes d'araignĂ©es : Faire maigre chère (Viure de patas d'aranhas).

arbre

        L'arbre qui ne fait pas de fruit au moins prĂŞte son ombre : On peut trouver des points positifs en tout. (L'arbre que non porta frut dĂłu mens presta son ombra).

        Il est plus facile de planter un arbre que d'arracher une souche (Es pus comode de plantar un arbre que de arrancar una soca).

        Qui s'attache Ă  son arbre, ombre en reçoit : "Au pied de mon arbre, je vivais heureux…" (G. Brassens). (Quau a bon arbre s'estaca, bona ombra n'en reçaup).

        Il faut plus d'un coup pour tomber un arbre : Se dit d'une personne solide qui vient de subir un revers mais ne se dĂ©courage pas. NB. : Tomber (verbe transitif) dans le Midi signifie abattre, faire tomber. (Fau mai d'un cop per tombar un arbre).

        Au bois on voit plus de feuilles que d'arbres : Pour connaĂ®tre quelqu'un ou un pays en particulier, il faut s'en approcher, afin de ne pas se contenter de gĂ©nĂ©ralitĂ©s ou de lieux-communs. (Au bòsc se vei mai de fuèlhas que d'arbres).

        Arbre haut, ombre courte : Peu d'aide ou de protection Ă  attendre d'un personnage haut placĂ© (Arbre aut, ombra corta).

        Il faut donner le pli Ă  l'arbre tant qu'il est jeune : Il faut inculquer les bonnes habitudes aux enfants tant qu'ils sont jeunes (Cal donar lo plec a l'arbre mentre qu'es jove).

arc en ciel

·        Arc en ciel du matin, chasse le bouvier du labour. Arc-en-ciel de midi, chasse la servante de la fontaine. Arc-en-ciel du soir, chasse le bouvier du pâturage : Si un arc-en-ciel apparaĂ®t, c'est qu'il a plu ou qu'il pleut, le matin, le bouvier ne peut donc pas entamer un labour dans un champ boueux. La pluie de midi empĂŞche la servante de puiser l'eau Ă  la fontaine car celle-ci ne sera pas claire. S'il pleut l'après-midi, le bouvier ne peut pas conduire les bĂŞtes au prĂ© (Gasc. : Arcolan de la maitinada, tira lo boè de la laurada. Arcolan de mièi jorn, tira la goia de la hont. Arcolan do sĂ©, tira lo boè do pessedĂ©).

        Arc en ciel du soir, demain sera une belle journĂ©e (Arcana de la serada, deman serĂ  una bèla jornada).

argent

·        Argent de jeu, de cul et de couvent, s'en va comme il vient : L'argent gagnĂ© par le jeu, la prostitution ou l'aumĂ´ne est tĂ´t dĂ©pensĂ©, car acquis par des personnes peu enclines Ă  l'Ă©pargne. (Gasc. : Argent de joc, de cuu e de convent, s'en va coma veng).

·        L'argent n'a pas de queue : L'argent est difficile Ă  saisir et Ă  conserver (L'argent a pas coa).

·        Je n'y plains pas l'argent que j'y mets : Je ne regrette pas l'argent dĂ©pensĂ© (Planhi pas l'argent).

        Avoir de l'argent comme un chien des puces : ĂŠtre très riche  ĂŠtre plein aux as (Aver d'argent coma un can de piuses).

        Acheter Ă  feu d'argent : Acheter Ă  prix d'or (Crompar a fuoc d'argent).

        Ne compte pas ton argent devant un pauvre : Un peu de savoir-vivre ! (Contas pas ton argent davans un paure).

        L'argent n'est que de l'eau : L'argent ça va, ça vient ; il ne faut pas attribuer trop de valeur Ă  l'argent.  (Argent non es que aiga).

        L'argent conduit l'homme en enfer, mais lui, reste Ă  la porte (L'argent mena l'ome Ă  l'infèrn, mai el, resta a la porta).

armagnac

        OĂą l'on sent l'armagnac ça pue la canaille  (Penser Ă  vĂ©rifier s'il n'y a pas un meilleur slogan pour vanter l'armagnac) (Gasc.: D'on flaira l'armanhac que pud la canalha).

arranger

        S'arranger comme du foin sous la pluie : Le foin sous la pluie pourrit. Antiphrase pour dire se dĂ©tĂ©riorer. (S'adobar coma fen a la pl).

art

        Avec l'art et le raffinement vient la joie pour la moitiĂ© de l'an, avec le raffinement et l'art vous passez aussi bien l'autre part : ... l'autre partie de l'annĂ©e. L'art et le raffinement vous procure du bonheur pour toute l'annĂ©e et donc toute la vie. (Ambe l'art e la finessa, mitat l'an ven l'alegressa, ambe la finessa e l'art, tant ben passa l'autre part).

as

        PlantĂ© comme un as de pique : Se dit d'une personne embarrassante et importune. (En français l'expression fichu comme un as de pique , signifie ĂŞtre mal fichu). (Gasc. : Plantat coma un as de picas).

assiette

·        Il vaut mieux changer de plat que changer les assiettes : Il vaut mieux abondance de mets, qu'abondance de vaisselle. La variĂ©tĂ© dans les plats, c'est Ă  dire un menu copieux, est prĂ©fĂ©rĂ©e Ă  trop de manières. (Milhor val cambiar de plat que cambiar las sietas).

astre

        A tout astre bon astre : A tout hasard. (A tot astre bon astre).

attraper

        Attrape-toi Ă  l'herbe ! : PrĂ©pare-toi Ă  rĂ©sister. Tiens-toi solidement ! Accroche-toi au pinceau, je retire l'Ă©chelle ! (Arrapa-te a l'èrba !).

aubade

        Qui veut des aubades paie les tambourins ! : Pour entendre des flatteries il faut quelquefois payer son flatteur ("Tout flatteur vit au dĂ©pens de celui qui l'Ă©coute") (Qui vol las aubadas, que pague los tamborins !)

aube

·        Aube rouge, vent ou pluie : Si le ciel est rouge le matin la pluie n'est pas loin. (Gasc. : Auba roja, vent o ploja).

auberge

        Tu fais auberge ? : Cette question indique que son interlocuteur a sa braguette ouverte. On peut dire aussi : C'est dimanche aujourd'hui ? Oui pourquoi ? Parce que les magasins sont fermĂ©s le dimanche ! (Gasc.: Qu'ey dimentje oĂ© ! Tio, e alabets ? Alabets ets magasis que son barrats !).

Auch

        Auch en France : Se dit ironiquement. (Gasc. : Auch en França).

autan

De nombreux proverbes sur le vent en général et l'autan en particulier. Ce vent est appelé marin en Languedoc. Voir marin.

·        A l'autan : A l'Est (Al autan).

·        Vent d'autan, pluie demain : Le vent d'autan amène toujours la pluie. (Gasc. : Vent d'autan, ploja doman).

·        Var.: L'autan va voir ses parents malades et revient tout en pleurs (L'autan va veser los parents malauts e s'en torna en tot plorant).  

NB.:Tous les proverbes ne sont pas d'accord sur le délai entre le moment où cesse le vent d'autan et celui où il commence à pleuvoir. Ainsi :

·        Autan de nuit ne passe pas la colline : Le vent d'autan qui se lève la nuit annonce très vite la pluie (Autan de nuèch passa pas lo puèch).

·        L'autan du lundi, un jour de plus - c'Ă  d. qu'il soufflera aussi le mardi - (L'autan del diluns un jorn e pus. Var. tres jorns e pus)

·        L'autan du vendredi ne va pas Ă  la messe du dimanche : … il s'arrĂŞte de souffler le samedi (L'autan del divendres va pas a la messa del dimenge).

·        Var.: L'autan du vendredi n'entend pas les cloches du dimanches   (L'autan del divendres ausis pas las campanas del dimenge).

·        L'autan du samedi n'arrive pas Ă  lundi (L'autan del dissabte arriba pas al diluns). On dit la mĂŞme chose du mistral.

·        L'autan du samedi va Ă  Montaudran et revient le dimanche en pleurant : Ce proverbe indique que l'on se situe Ă  l'est de Toulouse (Montaudran, quartier toulousain) et que le vent d'autan soufflant d'est en ouest se transforme en vent d'ouest le dimanche, amenant la pluie sur le Lauragais.

·        L'autan de Castelnaudary souffle aujourd'hui, demain il pleut (L'autan de Castelnau uèi bufa, deman plau).

·        Quand l'autan souffle, les fous d'Albi dansent (On dit que l'autan rend fou. Cela ne concerne pas exclusivement les Albigeois, bien entendu !) (Quand l'autan bufa, los fats d'Albi dansan)

        Quand l'autan souffle pour les Rameaux, il souffle toute l'annĂ©e : On dit aussi que le vent qui souffle ce jour-lĂ  sera le vent dominant toute l'annĂ©e qui suit. (Quand l'autan bufa per Rampan, bufa tot l'an).

        Le premier jour de vent d'autan il ne faut pas que tu ailles Ă  la pĂŞche, les poissons se moqueraient de toi : Il est impossible de pĂŞcher par vent d'autan. La surface de l'eau ondule, le bouchon sautille ou s'en va dans les roseaux, bref. Les poissons se crèvent la peau de rire. On ne reste pas ici une minute de plus  !  (Voir : le marin n'est pas pĂŞcheur…) (Lo prumièr jorn d'autan te cal pas anar a la pesca que los pèisses se trufarian de tu).

autan (suite)

        Quand il gèle par vent d'autan, il gèle fort (Gasc. : Quant torra per vent d'autan, que torra plan).

        Var.: L'autan sur la gelĂ©e n'a pas de durĂ©e (L'autan sur la torrada n'es pas de durada).

        Il marche de travers comme un chien par vent d'autan : Observation perspicace ! Un chien par grand vent a le cul de travers. (Marcha de travèrs coma un gos ambe l'autan).

·        Il ne faut pas couler le vin par vent d'autan : Il n'est pas bon pour le vin de le transvaser par vent d'autan. (cal pas colar lo vin ambe l'autan).

        Si l'autan souffle Ă  la saint Martin toute l'annĂ©e il sera en chemin : Si l'autan souffle le 11 novembre on a des risques de devoir le supporter longtemps après. (Si l'autan bufa per Sant Martin tot l'an sará pel camin).

autel

·        Vouloir ĂŞtre Ă  l'autel et aux cloches : Vouloir faire deux choses en mĂŞme temps, courir deux lièvres Ă  la fois. (Voler èsser a l'autar e a las campanas).

aval

        L'eau s'en va toujours vers l'aval ! : Les choses suivent leur cours, naturellement, il suffit d'ĂŞtre patient. (L'aiga s'en va per aval !).

avaloir

        Il a un bon avaloir : Il a un grand gosier ou un bon coup de fourchette (Gasc. SP. : Qu'a Ă» beroy abalĂ ).

avare

 

Service gratuit et accessible Ă  tous

Créer un blog pro
Votre site avec